Réincarné est le livre de Bruce et Andréa Leininger, dont l’enfant, quand il avait 2 ans, se souvenait avoir été pilote de chasse pendant la Seconde guerre mondiale... Pas à pas, se déroule une enquête extraordinaire sur l’un des cas de réincarnation les plus indiscutables à ce jour en Occident.

Rréincarné, un enfant témoigne

En cherchant un peu à propos de ce pilote "réincarné", j'ai trouvé ça :

http://www.psychologies.com/Planete/Paranormal/Articles-et-dossiers/L-incro…

Et cela explique bien des choses, car tout est lié, mort tragique, mémoire des lieux, ou des objets, hantise résiduelle, et, pour ceux qui interprètent au premier degré, ce qui semble être une possession (par un défunt), ou pour les tenants de la réincarnation, une preuve que l'enfant serait réincarné...

Quand on s'en donne la peine, on peut très bien expliquer ces prétendues possessions, ou réincarnations, de manière rationnelle. 

Voyons plus en détail l'histoire du petit James : 

« Avion en feu ! Avion en feu ! » Les hurlements du petit James réveillent ses parents, une fois de plus. Bruce et Andrea commencent à regretter d’être allés visiter ce musée de la Seconde Guerre mondiale avec leur bébé âgé d’à peine 2 ans. Certes, il faisait déjà des cauchemars, comme cela arrive chez les enfants, mais, depuis que son langage s’élabore, ses rêves portent des mots terrifiants : "Avion en feu !" ; "L’avion s’écrase !" ; "Le petit homme ne peut pas sortir !"   

La famille Leininger mène pourtant une vie tranquille à Lafayette, petite ville du sud de la Louisiane, et les parents ne s’expliquent pas ces cris, cette façon qu’a leur fils de se débattre dans son lit comme s’il voulait s’extraire d’une bulle invisible et oppressante. Tout comme ils ne comprennent pas son brusque intérêt pour les avions. Une véritable obsession qu’ils préfèrent accompagner plutôt que brider. Bien que les cauchemars soient de plus en plus fréquents et violents au fil des mois. Avec toujours les mêmes mots, la même attitude.  

Il est clair, en lisant ce passage, qu'avant de visiter ce musée de la Seconde Guerre mondiale, le petit James ne parlait pas d'avion, et ne se prenait pas pour un pilote... 

Cette visite au musée a donc été déterminante, et a déclenché des souvenirs qui ne sont pas les siens. 

Car que contenait ce musée ? 

Évidemment des objets et des morceaux d'avions (entre autres) de cette époque. Et on peut parier qu'il y avait aussi ce fameux avion dans lequel le pilote a trouvé la mort. 

Soit dit en passant, on peut faire le rapprochement avec ce qui est arrivé en Italie, où il semble que le défunt (les dates empêchent de pencher pour une réincarnation) soit "revenu" dans le corps de Maria... 

Alors, qu'est-il vraiment arrivé à ce petit garçon, âgé d'à peine 2 ans lorsque ses parents l'ont emmené au musée ? 

Nous savons qu'à cet âge, les enfants sont curieux, et ne peuvent s'empêcher de toucher à tout... Donc, il a très certainement promené sa main sur tous ces objets, et naturellement, les restes de l'avion accidenté que pilotait sa "précédente incarnation"... 

Et ce faisant, il a été en contact direct avec la mémoire résiduelle dont il était imprégné. Vu son âge, il était encore vulnérable, et perméable à beaucoup de choses. Cette mémoire (constituée d'énergie électromagnétique) a, comme qui dirait, déteint sur lui.  

En clair, il a absorbé l'empreinte psychique de la victime. Eh oui, une mort tragique n'est pas seulement la cause d'une hantise résiduelle. Le lieu du drame recèle aussi l'empreinte, ou résidu psychique, de la personne. 

Et c'est pourquoi des personnes ayant connu une mort violente paraissent se réincarner peu de temps après leur mort, et dans un environnement proche. C'est parce que, fatalement, un enfant, ou un adolescent fragile, ne manquera pas de marcher à l'endroit exact où le drame s'est produit. 

Dans cette histoire, ce n'est pas le cas, mais le petit garçon est allé au musée, et a touché les objets... L'avion était constitué de métal, et nous savons que tous les métaux sont conducteurs - ce qui n'est pas le cas pour les vêtements de coton, ou les objets en carton, ou en bois; bien qu'eux aussi peuvent être imprégnés de mémoire résiduelle. Donc, le métal a contribué, plus que tout autre matériau, à transmettre et la mémoire contenue dans les débris de l'avion, et l'empreinte psychique du pilote mort dans l'accident. 

Là où une personne douée de psychométrie aurait vu l'histoire de cet avion, et le sort tragique du pilote, le petit garçon, tel une éponge, a fait siennes toutes ces données, s'identifiant à la victime.

D'ailleurs, ses parents regrettent d'être allés au musée...  

Je me souviens avoir lu, sur un forum, le témoignage d'une femme qui conduisait sa voiture, accompagnée d'une amie. Tout à coup, elle sentit quelque chose de glacé entrer dans son corps, et se sentit mal pendant quelques minutes. Heureusement, cela ne dura pas. Elle soupçonnait néanmoins qu'il avait dû se passer quelque chose à cet endroit précis de la route, et elle ne tarda pas à se renseigner. Elle a ainsi appris qu'il y avait eu un accident mortel. 

Il n'est pas difficile de comprendre ce qui lui est arrivé : en passant à l'endroit même, elle a dû absorber l'empreinte psychique de la victime. Comme elle était en bonne santé, et qu'elle devait avoir de bonnes défenses immunitaires, son organisme a fini pas expulser ce "corps" étranger. 

Car, si ça n'avait pas été le cas, elle aurait endossé la personnalité de la victime, et on aurait alors parlé de... "possession"... 

Quand on lit les témoignages se rapportant à des maisons (ou appartements) où un ancien occupant a été tué, ou s'est suicidé, où il y a eu une tentative de meurtre, on finit par comprendre que tout laisse des traces, et que les conséquences sont parfois inattendues. 

J'avais lu une fois qu'une femme venait d'emménager dans son nouvel appartement. Le premier soir, elle remplit la baignoire, car elle a envie de prendre un bain. Une fois dans l'eau, elle ne tarde pas à suffoquer, et manque de peu de se noyer. Le lendemain, elle demande à la propriétaire ce qui s'est passé avant qu'elle arrive, et celle-ci lui dit que le précédent locataire s'est suicidé... dans sa baignoire. 

On imagine sans peine ce qui serait arrivé si ç'avait été un enfant... 

Voilà pourquoi il faut lire très attentivement ce genre d'histoires, et consulter le plus de sources possibles, car chaque détail a son importance. Malheureusement, les partisans de la possession, ou réincarnation, les négligent. Et c'est regrettable.