Intéressons-nous à la théorie émise par Trevor Constable, un vétéran de la Navy, qui a consacré 20 ans de sa vie à étudier ceux qu’il qualifie d’« êtres atmosphériques » : ces entités qui parcourent les cieux en silence, visibles seulement à la lumière infrarouge mais bel et bien présentes.

Des créatures physiques, en quelque sorte. Grandes, voraces, mais invisibles à l’œil nu ; ces créatures indétectables pourraient enlever des personnes sans qu’elles les voient arriver.

Ces animaux « morphiques » qu’il a pu photographier à l’aide d’un appareil photo infrarouge sont des monstres à la densité variable, devenant ainsi visibles seulement quand ils sont en quête de nourriture ; en l’occurrence des humains. Des créatures chatoyantes qui gagnent en densité tandis qu’elles fondent sur leurs proies.

Il les rend responsables des mutilations et disparitions de bétail, des mutilations humaines, et du flot constant de personnes portées disparues.

Dans les années 1950, il a pu saisir sur pellicule des images de la vallée de Yucca et du désert de Mojave, révélant des êtres sombres et denses qui avaient tout l’air d’organismes vivants. Certains prenaient la forme d’ovnis. Tous se détachaient très bien dans le paysage, de sorte que leur taille pouvait être comparée aux éléments naturels. Ils étaient gigantesques.

clipart

Les témoignages au sujet d’étranges créatures sillonnant le ciel au-dessus de nous ne datent pas d’hier. Il est aujourd’hui convaincu qu’il a pu les photographier grâce aux infrarouges.

[…] « J’ai découvert qu’il fallait un appareil infrarouge pour saisir leur image, sinon c’est impossible de les prendre en photo. Elles semblent toutefois être d’une consistance solide ; et elles sont tout le temps autour de nous. »

Taken in the Woods, disappearing and missing People de Stephen Young

À cela on peut ajouter ce témoignage, extrait de EXTRATERRESTRES, d'Antonio Chiumiento :

ovnilaid

"Le témoin définit ainsi l'ovni : une "bête" laide, mauvaise, qui avait un aspect sinistre. Cela était dû à sa forme presque agressive, mais également à sa couleur de plomb, sombre. L'aéronef, qui ne comportait aucune ligne droite, n'était pas argenté et brillant comme les avions, mais obscur, opaque; sa surface ne réfléchissait pas les rayons du soleil et paraissait au contraire les "absorber". L'objet qui avait gardé son altitude initiale de 70-80 m (calculée par comparaison à la hauteur de la cheminée d'une usine voisine) continua son parcours en dépassant le talus et, s'éloignant à vitesse lente et constante, disparut de la vue du témoin. Celui-ci, pendant ce temps, était sorti de la voiture et avait gagné en hâte le sommet du terre-plein pour continuer de façon plus aisée son observation."

Stephen Young dit, dans un de ses livres, que l'armée américaine, qui s'intéressait aux OVNI (bien que prétendant le contraire), a cessé de s'interroger sur la nature du phénomène. Car, dit-elle, "ces vaisseaux spatiaux se comportent davantage comme des animaux que comme des machines".

Cela expliquerait toutes ces figures acrobatiques, le fait de planer, et... ces descentes en feuille morte. On sait bien que les créatures pourvues d'ailes ne descendent pas toujours en piqué... Et aussi ces disparitions subites, "comme si on éteignait une lumière".