Le 25 juillet 1977, à 20 h 10, un garçon de 10 ans, Marlon Lowe, de Lawndale, dans l'Illinois, vécut une expérience que la science considère a priori comme impossible : il fut arraché du sol et transporté dans les airs par un immense oiseau.

Le premier habitant de Lawndale à remarquer quelque chose d'anormal fut un nommé Cox. Il aperçut deux grands oiseaux semblables à des condors qui paraissaient venir du sud-ouest. Au même moment, Marlon Lowe jouait avec des amis. Il ne pouvait savoir que, derrière lui, les deux énormes oiseaux, d'une espèce que l'on ne rencontre jamais dans l'Illlinois, s'étaient laissés descendre à moins de trois mètres du sol. Marlon courait avec ses amis lorsque l'un des oiseaux le saisit avec ses griffes et l'emporta dans les airs.

Sa mère - Ruth Lowe -, qui avait assisté à la scène, hurla de terreur et courut après les oiseaux. L'oiseau s'éleva à 10 ou 15 mètres dans les airs avec le garçon puis le lâcha. Il atterrit sur le sol sans se blesser. Entre-temps, l'oiseau et son compagnon continuaient leur route en direction du nord-est. Six personnes avaient été témoins de l'incident.

Source: Externe

Mme Lowe a décrit par la suite les oiseaux comme d'énormes condors dont le bec avait environ 10 cm de longueur et dont le cou, marqué d'un anneau blanc, avait une longueur de 50 cm. À l'exception de cet anneau, ils étaient entièrement noirs. Leurs ailes déployées avaient au moins un mètre d'envergure.

Cette histoire semblait si incroyable - malgré ses six témoins oculaires - que le fait qu'elle fasse la manchette des journaux partout aux États-Unis ne cloua pas le bec d'une majorité de sceptiques. La famille Lowe dut subir des vexations de toutes sortes. Le gardien du parc local accusa Mme Lowe de mentir. Des farceurs déposèrent des oiseaux morts à sa porte - un jour elle découvrit même "un aigle superbe". Les jeunes du coin taquinaient Marlon et l'avaient surnommé "Bird Boy".

L'agression dont il avait été victime et ses séquelles l'avaient tellement tramatisé qu'il refusait de sortir après la tombée de la nuit.

Deux ans plus tard, réfléchissant à ce qui s'était passé, Mme Lowe déclarait aux enquêteurs Loren et Jerry Coleman : "Je n'oublierai jamais comment ce grand oiseau tendait son long cou tacheté de blanc vers mon fils comme pour lui donner des coups de bec. Je me tenais debout devant la maison lorsque tout à coup j'ai vu Marlon emporté, les pieds suspendus en l'air. Nous ne connaissions aucun oiseau dans la région qui aurait eu la force de le soulever ainsi."