edgar-cayce

Vers 1930, Edgar Cayce donna une série de conférences sur l'histoire de la Création des Écritures. Voici un résumé de ce qu'il a dit :

Dans la Bible, l'auteur de la Genèse était chargé d'expliquer des évènements infinis dans des mondes finis, compréhensibles aux esprits définis dans le principe sinon dans la méthode. Les premiers chapitres traitent de la période qui se déroula avant et pendant la projection en cinq points de l'Âme Christ, Amilius, sur le plan terrestre.

Le livre de la Genèse a été écrit, croit-on, par Moïse avec l'aide de Josué, et il était manifestement rédigé de manière à donner aux peuples du temps de Moïse une conception de ce qui s'était passé au commencement de l'avènement de l'homme dans la conscience matérielle.

Le livre de Job, écrit par Melchisedech, raconte l'histoire du Fils à qui la terre avait été confiée, et qui passa par l'épreuve de la chair afin de devenir le rédempteur de l'humanité.

La Bible est avant tout un ouvrage ésotérique, un livre symbolique. la Genèse est l'histoire de la création résumée en quelques versets. Les symboles et les images utilisés sur un plan terrestre servent à transmettre des idées cachées sous les évènements, dans tout l'univers, dans le domaine spirituel et dans le corps humain lui-même.

C'est au deuxième chapitre de la Genèse, qui raconte la vie d'Adam, que la véritable histoire de l'homme, en tant qu'homme, commence. Ce n'est pas une récapitulation de ce qui a été dit précédemment. Alors que le premier chapitre parle de l'homme-esprit, le deuxième traite de l'avènement de la race parfaite et de l'existence physique de l'homme sur la terre, "car il n'y avait pas d'homme pour cultiver le sol" (verset 5). La terre formait un tout, elle était capable de fournir tout ce qui était nécessaire à la reproduction.

À la suite de la création du sixième jour, la terre fut occupée par des âmes qui s'étaient projetées dans la matière, qui s'intéressaient à l'évolution physique se déroulant sur terre, mais qui ne comprenaient pas encore qu'elles se séparaient ainsi de l'image de leur propre création. Un homme physique parfait devait donc être formé, une création séparée effectuée, afin de donner un point de comparaison aux âmes qui s'étaient projetées dans les animaux et avaient produit des monstres. L'homme, le parfait spécimen physique, créé au chapitre 2 de la Genèse, verset 7, était donc la contrepartie physique de la création spirituelle évoquée au chapitre 1 verset 26. L'homme matériel fut créé à l'image de Dieu, façonné avec la poussière de la terre, c'est-à-dire que le corps humain fut chimiquement composé avec tous les éléments de la terre.

Les âmes créées au commencement, en premier lieu, n'étaient ni mâles ni femelles, mais comportaient les deux sexes et formaient un tout. L'âme elle-même est asexuée, et elle adopte l'expression positive ou négative à l'instant où elle entre dans la matérialité, selon son développement et ce qu'elle doit accomplir.

Le moment vint où Adam, lui aussi, fut divisé, selon une autre phase de la création. Ève fut créée pour compléter Adam afin que son expression serve d'exemple aux autres. Adam avait été créé complet, et il fut donc nécessaire de retirer de son corps physique la force négative qui serait exprimée par Ève. Cela ne signifie pas que l'âme d'Adam a été divisée, mais qu'une force négative fut extraite de son corps pour former une nouvelle âme incarnée par Ève. Ils étaient ce que nous pourrions appeler des âmes jumelles. Des âmes soeurs. Chacune est complète en soi, mais par rapport à une autre; l'homme étant positif et la femme négative.

Ainsi l'univers fut créé par l'Esprit du Créateur. La terre se forma de la même manière que les cellules atomiques qui se multiplient elles-mêmes, et de nos jours encore des mondes se créent par le même procédé.

Quand la terre se refroidit et devint habitable, l'homme en tant qu'homme s'y installa, grâce à l'esprit du Créateur. Il entra dans la matérialité sous la forme de l'homme-chair, d'un être charnel qui pourrait mourir, pourrir et retourner à la poussière. Mais l'esprit de l'homme est immortel, éternel, afin qu'il puisse de nouveau ne faire qu'un avec le Créateur. "Ne savez-vous point que vous êtes le temple de Dieu et que l'Esprit de Dieu habite en vous ?"

L'homme a fait beaucoup de chemin, et il a presque réussi à maîtriser la terre, matériellement et scientifiquement, mais néanmoins il s'entête à vouloir soumettre son semblable. Il n'a pas encore totalement accepté l'idée de la fraternité humaine et de la paternité de Dieu. Car tous les hommes sont frères, en vérité; il n'existe pas d'autre parenté réelle.

On triompha des monstres, des hybrides et des influences animales grâce à la renaissance, à la chirurgie et à l'évolution dirigée vers un but divin. Les influences animales disparurent finalement vers 9 000 av. J.-C. L'art assyrien et égyptien décrivit plus tard ces pitoyables créatures, avec leurs appendices bizarres, ailes, queues, plumes, griffes et sabots. Le Sphinx est un remarquable exemple de ces premiers monstres.

Extraits des « lectures » de Cayce :

« Quand les forces de l'univers se rejoignirent, le pas des fils de Dieu résonna sur les eaux. Et les étoiles du matin chantèrent en chœur. Sur la face des eaux résonnait la voix glorieuse annonçant l'avènement de l'homme. La terre trouva sa forme et devint un lieu habitable; et par la suite elle put abriter la créature appelée homme. »
« L'entité est faite d'un corps, d'un esprit et d'une âme ; ce qui représente la Trinité, le Père, le Fils et le Saint Esprit, dans un monde tridimensionnel. Dieu bougea et l'esprit entra en activité. Le mouvement apporta d'abord la lumière, puis le chaos. Dans cette lumière se produisit la création de ce qui sur la terre deviendrait la matière; dans les sphères entourant la Terre, l'espace et le temps. Patiemment, ces activités continuèrent jusqu'à ce qu'il y ait les cieux et toutes les constellations, les étoiles, et l'univers tel qu'il est connu – ou cherche à être connu – par les âmes-entités sur le plan matériel. Puis vint la matérialité en tant que telle, sur la terre, par la force de l'Esprit s'introduisant dans la matière. L'esprit s'individualisa et produisit ce que nous reconnaissons comme des entités propres. L'esprit qui emploie la matière, qui utilise toutes les influences trouvées dans l'environnement terrestre pour la gloire des Forces Créatrices, fait partie de la Conscience Universelle.. Alors l'entité, l'individu, par son application, prend conscience, grâce à la patience, au temps, à l'espace, de son rapport avec Dieu. Car en elle-même elle trouve le corps, l'esprit et l'âme. Et comme le Fils est le bâtisseur, l'esprit construit l'entité individuelle. »
« N'oublions pas que la terre était peuplée d'animaux avant de l'être par l'homme ! D'abord, il y avait une masse, de laquelle s'éleva une vapeur; et puis la lumière l'éclaira tandis qu'elle retombait pour devenir la compagne de ces planètes de l'univers; et quand elle commença sa rotation naturelle, avec ses divers effets sur les diverses portions de la terre, celle-ci se déplaça lentement, et se déplaça encore vers le soleil, pour recevoir son impulsion pour l'éveil des éléments qui donnent la vie, par la radiation d'éléments semblables dans le soleil… Ces éléments en leur pouvoir d'attraction ou de répulsion… ou d'animosité et de rassemblement. Nous constatons ceci dans tout le royaume… que nous parlions des armées célestes, ou des étoiles, ou des planètes. »
« L'homme fut créé au commencement, pour régner sur tous ces éléments qui étaient préparés sur le plan terrestre pour ses besoins. Quand ce plan devint tel que l'homme fut capable de se sustenter par les forces et les conditions… l'homme apparut à la surface de la terre. Et dans l'ombre on trouve tout ce qui existe en dehors de lui, sur tout le plan terrestre, et dans d'autres, (car) l'âme de l'homme est ce qui le rend supérieur aux animaux, aux végétaux et aux minéraux de la terre. L'homme n'est pas descendu du singe, mais il a évolué, il s'est renouvelé de temps en temps, un petit peu ici, un petit peu là, petit à petit. L'homme est l'homme, et l'ordre de la création de Dieu qu'il représente, tout comme Son Fils qui, représentant le Père, s'est fait homme, la plus haute des créatures; et il est devenu pour l'homme l'élément qui indique la Voie, la direction, la Vie, l'Eau, la Vigne de l'Éternel… Toutes les âmes ont été créées au commencement, et elles retournent vers leur origine. »
«… Dieu dit : Que la lumière soit, et la lumière fut. Non pas la lumière du soleil mais cette lumière qui émane de toute âme, que toutes les âmes ont toujours possédée et posséderont toujours. »
« Pour ce qui est de la forme, telle que nous la voyons, il y avait d'abord ces projections dans le règne animal; car les idées-corps prirent forme progressivement; et les diverses combinaisons… se classèrent elles-mêmes pour régner sur les troupeaux, ou les oiseaux, ou les poissons, en grande partie assez semblables à l'homme d'aujourd'hui… Il y avait des formes de toutes tailles, des pygmées ou nains et des géants, car en ce temps-là il y avait des géants sur la terre, des hommes grands de deux à trois mètres et parfaitement proportionnés. »
« La terre fit croître ses moissons selon les saisons, et l'homme descendit sur le plan terrestre pour être le seigneur de tout ce qui existait sur cette sphère; l'homme apparut dans cinq lieux différents à la fois. Il y eut les cinq sens, les cinq raisons, les cinq sphères, les cinq développements, les cinq nations. Le nombre des âmes sur la terre était alors de 133 millions d'individus. »
« Au commencement, tandis que la matière s'imprégnait de l'esprit de l'Influence Créatrice, l'homme vint à exister, dans son environnement, et possédant une âme qui faisait qu'il était un avec cette Énergie Créatrice. Cette matière put s'imprégner de l'esprit du fait même que l'esprit, s'étant séparé, avait erré et péché; et ce fut uniquement par l'environnement de la matière, ou chair, que les attributs de la source du bien purent se manifester. Car l'esprit du mal ne s'était pas encore manifesté dans la matière; il a simplement été recherché par la matière…
« Tout comme le procédé du temps est arrivé et s'est propagé par la matière, l'homme a découvert – dans son esprit fini – la conscience de son âme, de son esprit et de son corps… Par conséquent, comme nous le voyons, l'esprit de l'homme s'est divisé pour la compréhension du conscient sur le plan physique; du subconscient ou inconscient-conscient; et du super-conscient de l'entité individuelle. »
« Question : Est-ce que les formes inférieures de la création, les animaux par exemple, ont une âme ou une vie spirituelle quelconque ?
« Réponse : Tous les êtres possèdent la force de l'esprit. L'homme, tel qu'il a été fait, possède la force de l'âme, ce qui au commencement en à fait l'égal du Créateur en rapport avec la production, sur son plan d'existence… Car chez l'homme nous trouvons à la fois l'entité esprit et l'entité physique. »


« La survie du plus fort s'applique au règne animal, mais pas à l'homme. Reportons-nous à l'Histoire. Qu'est-ce qui a survécu, de la force brutale ou de l'aspiration vers Dieu ? Qui a survécu, de l'homme qui cherche Dieu et s'efforce d'obéir à ses commandements, ou de celui qui rivalise avec les forces de la terre et de la chair ? La réponse est évidente… »


« Question : Si les âmes sont parfaites, telles qu'elles ont été créées au commencement par Dieu, en quoi et pourquoi ont-elles besoin de s'améliorer ?
« Réponse : La solution de ce problème ne peut se trouver que dans l'évolution de la vie, telle qu'elle peut être comprise par un esprit défini. Dans la Cause Première Principe, tout est parfait. Cette portion du tout (manifeste dans la création des âmes) peut devenir une âme vivante, égale au Créateur. Pour atteindre cet état, tout en étant séparée de Lui, elle doit passer par tous les stades de développement afin de parvenir à faire un avec le Créateur. »


« Q-1 : Le premier problème concerne la raison de la création. Doit-elle être considérée comme le désir de Dieu de se prouver Lui-même, de Son désir de compagnie, de Son désir d'expression, ou quoi ?
« R-1 : Le désir de compagnie et d'expression de Dieu.
« Q-2 : Le deuxième problème concerne ce que l'on peut appeler le mal, l'obscurité, la négation, le péché. Doit-on penser que cet état existait en tant qu'élé ment indispensable de la création, et que l'âme, dotée de libre arbitre, avait la possibilité de s'y adonner et de s'y perdre ? Ou peut-on dire que le mal, le péché, ont été créés par l'activité de l'âme elle-même ?
« R-2 : Le libre arbitre permet à l'âme de se perdre et de perdre ses rapports avec Dieu.
« Q-3 : Le troisième problème se rapporte à la chute de l'homme. Faut-il considérer qu'elle était inévitable pour le destin des hommes ? Ou était-ce une chose que Dieu n'avait pas désirée mais qu'Il n'a pas cherché à éviter après avoir accordé le libre arbitre ?
« R-3 : Il n'a rien fait pour l'empêcher, car Il avait créé au commencement des entités ou âmes individuelles… Le péché débuta, naturellement, quand les âmes cherchèrent à s'exprimer en dehors du plan, ou de la voie que Dieu avait exprimée. Ainsi, les individus étaient libres, vous voyez ?
« Q-4 : Le quatrième problème concerne la durée de l'existence de l'homme sur la terre. Est-ce qu'à l'origine il était entendu que les âmes demeureraient sans forme terrestre, et les races ont-elles été créées parce que la nécessité s'imposait, découlant d'une erreur ?
« R-4 : La terre et ses manifestations n'étaient que l'expression de Dieu, et pas nécessairement un lieu d'habitation pour les âmes, jusqu'à ce que l'homme soit créé, pour répondre aux besoins des conditions existantes…
« Q-6 : Ce sixième problème concerne l'existence sur les plans interplanétaires entre les vies terrestres. Nous savons déjà que cette entité est allée vers le système d'Arcturus, et qu'elle est revenue sur la terre. Est-ce une évolution de l'âme normale ou inhabituelle ?
« R-6 : Comme il a été indiqué, ici et même ailleurs, Arcturus pourrait être appelé le centre de cet univers, le système par lequel les individus doivent passer, et où ceux-là peuvent choisir, à savoir s'ils reviendront vers le stade d'évolution terrestre, c'est-à-dire dans ce système planétaire, notre soleil et son système solaire, ou s'ils passeront dans d'autres systèmes. C'est une évolution inhabituelle, et cependant normale.

« Q-7 : Est-il nécessaire de terminer une existence dans le système solaire avant de passer à d'autres ?

« R-7 : Il est indispensable de terminer le cycle solaire…« Q-9 : Le cycle solaire doit-il être terminé sur terre, ou peut-il se compléter sur une autre planète ? Ou bien chaque planète a-t-elle un cycle personnel qui doit être accompli ?

« Q-9 : Le cycle solaire doit-il être terminé sur terre, ou peut-il se compléter sur une autre planète ? Ou bien chaque planète a-t-elle un cycle personnel qui doit être accompli ?

« R-9 : S'il a été commencé sur la terre, il doit s'accomplir sur terre jusqu'au bout. Le système solaire auquel la terre appartient n'est qu'une partie du tout. Quel que soit le nombre des planètes gravitant autour du soleil, elles font partie d'un même tout et elles ont des rapports entre elles…

« Q-15 : L'hérédité, la volonté et l'environnement sont-ils des facteurs égaux en ce qui concerne les progrès ou le retard du développement de l'entité ?
« R-15 : La volonté est le facteur principal, car elle peut surmonter tous les autres, à condition que la volonté fasse un avec le schéma. Car aucune influence d'hérédité, d'environnement ou de ce que vous voulez ne peut surpasser la volonté, sinon pourquoi aurait-il été prévu dès le commencement que toute âme individuelle – quels que soient ses errements et ses péchés – avait le droit de rejoindre Dieu dans le Saint des Saints ? »
« Les mondes ont été créés – et sont toujours en cours de création – dans cette masse hétérogène que nous appelons le cosmos; ou l'espace vers lequel l'homme peut lever les yeux. Les vapeurs se rassemblent… de quoi est-ce le commencement ? C'est le même commencement, par lequel fut créée la sphère terrestre… »

D'après ce que vous avez pu lire dans les articles précédents, vous vous doutez bien que je ne suis absolument pas d'accord avec les propos d'Edgar Cayce, notamment en ce qui concerne la création des âmes.